BIOGRAPHIES

INTERPRÈTES

Joannie Douville - interprète

Après une formation en danse profil interprétation à l’UQAM terminée en 2009, Joannie Douville a complété un certificat en psychologie, orientation psychologie du développement. Dès l’année suivante, en 2010, elle s’est jointe à la compagnie Dave St-Pierre pour la création de Foudres le troisième volet d'une trilogie incluant les pièces Un peu de tendresse bordel de merde et la Pornographie des âmes.

Par le fait même, l'interprète a eu l'occasion de danser dans l'ensemble des trois œuvres. Collaborant aussi régulièrement aux travaux des chorégraphes Sarah-Ève Grant, Genevière C. Ferron, Audrey Rochette et Jade Marquis, Joannie Douville a, avec elles, multiplié les représentations à Montréal.Elle se joindra prochainement à la compagnie Bouge de là (Hélène Langevin) et Daniel Léveillé danse. Cofondatrice  du collectif En Cohorte, elle a cosigné deux créations collectives qui furent présentées au Chili, en Bolivie, en Colombie et à Montréal.

Dans la dernière année, elle s'est lancée dans l'élaboration de deux productions personnelles avec la compagnie Je suis Julio (duquel elle est cofondatrice) intitulées Mechanical Resonance of Lions et N’arrête jamais d’inventer l’espace où je me trouve. Ces pièces ont été présentées à Lyon, à Naples et à Montréal (Festival Zone Homa et Vue sur la relève) et ont été soutenues par des résidences au Studio Fleur d’Asphalte et au Studio 303.

En parallèle, elle travaille à l’élaboration d’un programme d’entrainement pour le travail de partenaire avec Milan Panet-Gigon rencontré lors de la création de Foudres et enseigne la danse intégrée avec France Geoffroy (Corpuscule Danse) depuis deux ans. D'ailleurs, elle se joindra à France Geoffroy dans la prochaine création de sa compagnie sous la direction de Chantale Lamirande.

Haut de page


Maxime D.-Pomerleau - interprète

Maxime D.-Pomerleau fait des études au Cégep de Jonquière en Arts et lettres volet cinéma et communications puis complète, l’année suivante, le profil en production théâtrale. En 2005 elle entame un baccalauréat en Animation et recherche culturelles à l’UQÀM et s’oriente vers l’organisation d’événements culturels, secteur dans lequel elle œuvre encore aujourd’hui.


Pigiste en communications, Maxime est impliquée comme promotrice dans le milieu culturel depuis 2007 et couvre notamment la scène musicale indépendante comme journaliste web. Elle a entre autre réalisé, animé et collaboré à plus d’une centaine d’émissions radio sur CHOQ.ca et CISM 89,3 FM de 2008 à 2010 ainsi que sur Canal M en 2013.

Intéressée par la représentation médiatique des groupes marginalisés et soucieuse d’apporter un angle sociologique à ses projets artistiques, Maxime inscrit son travail dans une démarche de médiation culturelle et considère l’art comme un espace de création, de réflexion et d’éducation. Maxime développe en ce moment un projet de websérie mettant en vedette les aventures d’une superhéroïne en fauteuil roulant pour personnes handicapées, Batwheel, et agit à titre de comédienne principale, de scénariste et de productrice. Elle interprète le premier rôle féminin dans le court métrage Prends-moi d’Anaïs Barbeau-Lavalette et André Turpin, tourné en décembre 2013 et diffusé dans plusieurs festivals à compter de 2014. Maxime s’initie à la danse avec Corpuscule Danse à l’automne 2013, avec les ateliers d’exploration dirigée de France Geoffroy. Le projet Variations pour corps multiples avec la chorégraphe Chantal Lamirande sera sa première collaboration professionnelle avec la compagnie.

Haut de page


Tom Casey - interprète

Tom suit un programme de théâtre à l'Université de Winnipeg, où il complète en 1991 son baccalauréat en danse et décroche une mention honorable. En tant qu'interprète pour le Winnipeg Contemporary Dancers, sous la direction de Tom Stroud, il visite Montréal pour collaborer à remonter Joe, une chorégraphie de Jean-Pierre Perreault. Il s'installe alors à Montréal en 1994 et il est rapidement sollicité auprès de plusieurs chorégraphes ou compagnies de danse montréalaises dont: Montonaro Danse, William Douglas, Howard Richard, Pierre-Paul Savoie, Harold Réhaume, Sinha Danse, Louise Bédard Danse pour ne nommer que ceux-là. Artiste multidisciplinaire, Tom s’investit dans des projets variés que ce soit en théâtre classique, en danse contemporaine ou en intégrant les nouvelles technologies du cirque. Avec Corpuscule Danse, il découvre maintenant la danse intégrée et le travail de partenariat avec une interprète en fauteuil roulant. Parallèlement à la danse, Tom complète présentement une formation en massothérapie.

Haut de page


Marie-Hélène Bellavance – interprète/artiste multidisciplinaire

Artiste multidisciplinaire, Marie-Hélène Bellavance, termine en 2004 son baccalauréat à l’université Concordia en Beaux Arts avec mineure en psychologie.  Depuis, elle maintient une pratique rigoureuse sur la scène contemporaine et s’établit comme voix émergente importante dans le réseau artistique Montréalais.

Elle compte déjà plusieurs expositions collectives et solos à son actif et est représentée depuis 2007 par la Galerie Dominique Bouffard à Montréal. 

En 2005 elle fait une première apparition sur la scène en danse avec la compagnie Corpuscule danse, puis en 2006, co-chorégraphie la pièce S’ancrer dans la Suspension.  La pièce sera invitée à tourner dans les Maisons de la Culture de Montréal l’année suivante lors de l’événement Les Printemps de la Danse.  C’est sur scène que la réalisatrice Sophie Deraspe la remarque et lui offre par la suite un premier rôle au cinéma, soit celui de Simone, le personnage principal du film Les signes vitaux.  Le film, sorti en salle en mars 2010, tournera par la suite dans divers festivals et remportera plusieurs prix, dont celui de « Best Actress » au Festival du Film de Whistler, ainsi qu’en Russie.

De 2008 à 2010, Bellavance retrouve la compagnie Corpuscule Danse pour le projet Oiseaux de Malheur, de la chorégraphe Estelle Clareton.  Toujours impliquée  dans la compagnie, Bellavance fera parti du prochain projet de Corpuscule danse sous la direction de Chantale Lamirande.

Haut de page


CHORÉGRAPHES

Chantal Lamirande - chorégraphe

Chantal Lamirande oeuvre en danse contemporaine depuis bientôt 20 ans. En tant qu’interprète, elle a collaboré avec plusieurs artistes de la scène montréalaise, notamment : Marc Boucher, Normand Marcy, Michael Reinhart, Josée Gagnon et François Carrier.

En 2001, alors qu’elle travaille sous la direction de Lin Snelling, artiste hybride de la danse et du théâtre, la création de l’œuvre IAMMYOWNRAIN éveille chez elle un fort intérêt pour l’improvisation. Dès lors, en s’engageant dans l’approfondissement de sa propre démarche chorégraphique, Lamirande emprunte la voie de l‘improvisation pour dynamiser sa recherche sur le mouvement et en préserver l’essence sur scène. Œuvre déterminante, la pièce Sens (…), créée en 2001 avec l'électroacousticienne Claire Piché, lui vaut le Prix Françoise Sullivan lors du Concours Campus Danse UQÀM. Sens (…) a ensuite été présentée dans sa version finale à l’espace Tangente.

Puis en 2003, en collaboration avec l’éclairagiste Française Maël Iger, elle crée DE-LIGHT, DE DANSE. La pièce a été présentée au Studio d’essai Claude-Gauvreau de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’à l’Espace Tangente.

En 2005, Lamirande obtient le soutien du Grand Théâtre de Lorient en France, de l'Agora de la danse et de L’OFQJ pour la réalisation de Vision. Véritable dialogue entre la lumière, la danse et l’image, cette création traduit un intérêt nourri pour l’interdisciplinarité et confirme chez Lamirande, une capacité à exploiter différents médiums en faisant de la danse l’élément déclencheur et porteur de ses préoccupations artistiques.

Fondée en 2009, sa compagnie, LamirandDanse, se produit pour la première fois au Studio de l'Agora de la danse avec PROJET X, une collaboration avec le concepteur d'éclairage Lee Anholt et le groupe de musique électronique Samarkande.

Artiste prolifique, Chantal Lamirande partage actuellement son temps entre trois projets d’importance : le développement de la nouvelle œuvre de sa compagnie co-produite par l’Agora de la danse ; la création d’un trio, Laboratoire #1, une collaboration avec l’interprète Lin Snelling et l'artiste audio et compositrice Magali Babin et, la commande que lui adresse Corpuscule Danse en tant que chorégraphe invitée.

Détentrice d’une maîtrise en danse de l’Université du Québec à Montréal, Chantal Lamirande a amorcé sa carrière d’enseignante en 2002 au département de danse du CEGEP de Drummondville et depuis 2005, elle fait partie du corps professoral du département de danse du Collège Montmorency.

Haut de page


Haut de page


ENSEIGNANTS

Dominique Supper - Gagné- enseignante

Interprète en danse contemporaine et enseignante, Dominique s’intéresse à la danse et aux sciences depuis longtemps. C’est ce qui l’amènera à poursuivre ses études en danse et sciences de la nature au Cégep de Saint-Laurent. Sa passion pour la danse s’impose ensuite, l’amenant à obtenir un baccalauréat en danse, profil interprétation, de l’Université du Québec à Montréal en 2011.

Son passage à l’UQAM lui permet de travailler avec plusieurs professionnels actifs du milieu de la danse tels que Louise Bédard, Anne Lebeau et Daniel Léveillé. Elle aura l’occasion de se produire à trois reprises sur la scène de l’Agora de la Danse. Une fois son diplôme obtenu, Dominique fonde avec 2 collègues la jeune compagnie de danse Tuque et Capuche [TeC] qui lui permettra entre autre de danser à Lyon en France ainsi qu’au Festival Vue sur la Relève à Montréal.

Parallèlement à son travail d’interprète, Dominique enseigne la danse aux jeunes enfants et développe l’enseignement de la danse intégrée auprès de France Geoffroy, pionnière de la danse intégrée au Québec. C’est pour faire le lien entre ses différentes expériences de travail dans le milieu du handicap que Dominique s’intéresse à cette forme de danse accessible qui mélange danseurs avec et sans handicap.

Dans les prochaines années, Dominique souhaite continuer de développer Tuque et Capuche [TeC], de transmettre sa passion pour son art à travers l’enseignement et poursuit ses études aux DESS gestion des organismes culturels des HEC Montréal.

 

Joannie Douville- enseignante

Après une formation en danse profil interprétation à l’UQAM terminée en 2009, Joannie Douville a complété un certificat en psychologie, orientation psychologie du développement. Dès l’année suivante, en 2010, elle s’est jointe à la compagnie Dave St-Pierre pour la création de Foudres le troisième volet d'une trilogie incluant les pièces Un peu de tendresse bordel de merde et la Pornographie des âmes.

Par le fait même, l'interprète a eu l'occasion de danser dans l'ensemble des trois œuvres. Collaborant aussi régulièrement aux travaux des chorégraphes Sarah-Ève Grant, Genevière C. Ferron, Audrey Rochette et Jade Marquis, Joannie Douville a, avec elles, multiplié les représentations à Montréal.Elle se joindra prochainement à la compagnie Bouge de là (Hélène Langevin) et Daniel Léveillé danse. Cofondatrice  du collectif En Cohorte, elle a cosigné deux créations collectives qui furent présentées au Chili, en Bolivie, en Colombie et à Montréal.

Dans la dernière année, elle s'est lancée dans l'élaboration de deux productions personnelles avec la compagnie Je suis Julio (duquel elle est cofondatrice) intitulées Mechanical Resonance of Lions et N’arrête jamais d’inventer l’espace où je me trouve. Ces pièces ont été présentées à Lyon, à Naples et à Montréal (Festival Zone Homa et Vue sur la relève) et ont été soutenues par des résidences au Studio Fleur d’Asphalte et au Studio 303.

En parallèle, elle travaille à l’élaboration d’un programme d’entrainement pour le travail de partenaire avec Milan Panet-Gigon rencontré lors de la création de Foudres et enseigne la danse intégrée avec France Geoffroy (Corpuscule Danse) depuis deux ans. D'ailleurs, elle se joindra à France Geoffroy dans la prochaine création de sa compagnie sous la direction de Chantale Lamirande.

Haut de page


COLLABORATEURS ARTISTIQUES